Mise à jour :
10 septembre 2012

ADEVA Villebéon - Association de Défense de l'Environnement de Villebéon et des Alentours

324688 visiteurs depuis mai 2005
Villebéon, le vendredi 28 novembre à 21h11

Cet espace est conçu pour publier vos messages.

Vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent. Vous pouvez, à tout moment, demander que vos contributions soient supprimées en contactant l'ADEVA à cette adresse : contact@adeva-villebeon.org

Michèle - 28 février 2009

« J'ai l'intention d'acheter un bien immobilier sur Villebéon. J'ai lu le projet d'éolienne dans la région, pourriez-vous me dire où exactement ce projet est-il prévu et ce afin d'éviter tout désagrément dû à ces éoliennes.

J'attends d'en savoir plus afin de finaliser ou non mon achat.

Merci et sincères salutations. »

Réponse de l'ADEVA

Les différents projets d'installations d'éoliennes industrielles sur la commune de Villebéon (deux en 2006 et un en 2008) ont tous été refusés par le Conseil Municipal en place à ce moment-là.

Toutefois, les industriels peuvent encore revenir à la charge mais un accord du Conseil actuel semble très improbable puisqu'il s'est engagé, au moment des élections, à refuser ces installations. Et le projet de Parc Naturel Régional du Bocage Gâtinais auquel il est favorable ne semble pas compatible avec ces machines.

Vous pouvez être rassurée et nous espérons vous compter prochainement parmi les Villebéonnais.

Bien cordialement,

ADEVA

Faiseur - 8 décembre 2008

«Bonjour,

Que proposez-vous donc à la place?

Du nucléaire? (rapport Oxford 2008 publié par Nature) : 66g à 288g de CO2 par KWh produit suivant les scénarios (démantèlement, stockage, extraction, contruction, gestion)
Du gaz? entre 400 et 800g de co2/kwh
Du solaire? entre 25 et 40g de co2/kwh, un cout 4 à 7 fois plus élevé et pour produire la même chose qu'une éolienne : 20ha dans le nord de la France, 10 ha dans le sud.
Du charbon? 800g de co2/kwh
Du fioul? 1100g de co2/kwh
De l'hydraulique? nous sommes déjà a notre capacité max en France, on peut peut être produire 1 à 2% de plus, pour un rejet minime de 13g de co2/kwh produit
De la biomasse? entre 14 et 35g de co2/kwh
Reste l'éolien (sous sa limite des 25% du mix pour éviter un couplage au delà de l'hydraulique et donc le recours à une tierce énergie d'appel) et ses 10g de co2/kwh...Avec un objectif raisonnable de 10% en France pour concilier paysage/environnement et production VERTE à faible cout pour une énergie renouvelable (8, 2cent/kwh contre 30 à 57cent/kwh pour le solaire,8 à 14cent pour l'hydraulique, 35cent pour la cogénération...)

Alors, que proposez-vous pour PRODUIRE (je rappelle que la première réduction de notre pollution passe par les économies d'énergies, mais qu'il faut également remplacer les sources polluantes par des non polluantes ET renouvelables) de l'électricité verte? »

Réponse de l'ADEVA

Nous sommes d'accord avec vous pour "remplacer les sources polluantes par des non polluantes" mais toute production d'énergie est polluante ! Quant aux "renouvelables", de l'aveu même de leurs promoteurs elles ne pourront être "qu'epsilonesques" (cf. conférence d'Yves Cochet à Nemours le 11 octobre dernier).

Alors faut-il saccager notre territoire pour un coût prohibitif ?

L'éolien n'est pas couplé à l'hydraulique le plus souvent mais au thermique à gaz ou à fioul, avec les rejets qui vont avec.

C'est pourquoi, dans notre région, il nous semble préférable d'avoir recours à la biomasse et à la géothermie. Et surtout, avec l'argent des éoliennes, mieux vaut isoler l'habitat existant pour faire 20 % d'économie d'energie et payer des chercheurs pour obtenir de meilleurs résultats avec le solaire et le photovoltaïque, qui sont des énergies pour lesquelles d'énormes progrès peuvent encore être réalisés.

ADEVA

Jean-Marie - Paris - 27 août 2008

« Ma mère voudrait faire construire près de baux (autrui) à signer potentiellement pour un projet d'éoliennes (certains peut-être déjà signés) :

Qu'en serait-il, (temps restant avant phase de finalisation, et possibilité ou non de construire après finalisation, etc) pour ses terrains, s'ils devaient se trouver à moins de 1500m (> à 2,5 MW?) ou 500m (< à 2,5 MW?) de ces baux et quel serait la référence en éloignement : les baux frontaliers du site ou bien le centre des éoliennes ? Cette référence (rapport académie de médecine) est elle légale applicable ou pas encore? :

(1)pour un terrain non encore constructible : affectation à demander à la mairie,

(2)pour un terrain constructible,

(3)pour un tiers quelconque dans cette même proximité des dits baux? »

Réponse de l'ADEVA

« Pour faire la preuve de l'éventuelle nocivité du bruit éolien pour l'homme », l'Académie de Médecine estime indispensable que soient entreprises des études, dans un rapport adopté le 14 mars 2006.

« En attendant les résultats de ces études, l'Académie recommande aux pouvoirs publics que, dès maintenant :

  • à titre conservatoire soit suspendue la construction des éoliennes d'une puissance supérieure à 2,5 MW situées à moins de 1500 mètres des habitations,
  • l'article 98 de la loi du 2 juillet 2003 soit modifié comme il se doit, pour que les éoliennes, dès qu'elles dépassent une certaine puissance, soient considérées comme des installations industrielles, et que leur implantation soit désormais soumise à une réglementation spécifique tenant compte des nuisances sonores très particulières qu'elles induisent. »

Voici le rapport complet.

L'Académie de Médecine fait des recommandations, rien de plus.

Votre mère peut donc faire construire sur un terrain constructible. Sachez seulement que la valeur d'un bien immobilier dépend évidemment de l'influence néfaste d'un parc éolien dans les environs (perte d'au moins 20 % d'après les professionnels de l'immobilier). Cette influence néfaste s'explique par le bruit, les ombres portées, les feux à éclats, les risques d'accidents, les paysages défigurés, etc. qu'engendrent ces machines industrielles géantes.

Cordialement,

ADEVA

Elix de Hautvol - Seglan (31) - 26 août 2008

« Voyez que je remorque la communauté des aviateurs doublement chanceux, surpris vers Leucate face à une avancée de brume de mer, ayant pratiqué un demi tour aux instruments (1ère chance d'être IFR) et recouvré la visi tout près du parc éolien (2ème providence, sans l'endommager), plafond bas de surcroît. C'était pour vous rassurer, donc nous aimons bcp les hélices mais plutôt celles auxquelles on est attaché et un peu moins la complexification, le vrillage des espaces. »

Jean - Montargis (45) - 5 août 2008

« Bonjour,

Je ne suis pas contre les éoliennes mais il y a un projet à <commune> piloté par <promoteur> et ils ont déjà commencé à faire signer les propriétaires et agriculteurs. Le maire est très favorable mais je me demande si vous ne devriez pas les pousser à faire une réunion pour que les avis contradictoires puissent s'exprimer. D'autant plus que la zone de <commune> se trouve dans la zone favorable au développement éolien annoncée par le préfet (site de la préfecture du Loiret) et a donc toutes les chances de voir le jour sans débat contradictoire.

Oui à l'éolien mais près des côtes, la ou il y a plus de vent! »

Réponse de l'ADEVA

Comme vous l'avez constaté, nous avons omis le nom de la commune et celui du promoteur afin de ne pas publier de propos qu'on pourrait qualifier de diffamatoires. Nous sommes désolés que cette localité ne se trouve pas dans notre secteur d'action. D'autre part, par principe, nous aidons volontiers les personnes opposées à l'éolien industriel chez elles et chez les autres (les habitants des côtes apprécieront votre conclusion).

Nous vous conseillons d'assister à toutes les séances du conseil municipal avec d'autres riverains, et de vous regrouper avec les opposants locaux pour fonder une association. Pour plus de détails, vous pouvez consulter nos conseils pour lutter efficacement contre un projet éolien, dans notre réponse à Rose, ci-dessous.

Cordialement et bon courage,

ADEVA

Rose - Arnaud-Guilhem (31) - 28 juin 2008

« Conseillère municipale dans le village d'Arnaud-Guilhem (31360), j'ai appris en réunion du Conseil hier au soir, 27/06/2008, qu'un projet de construction d'éoliennes est en cours sur la crête située face à notre village.

Problématique :

Réponse de l'ADEVA

Ce que vous décrivez est malheureusement devenu un classique ! Voici nos conseils pour lutter efficacement contre un projet éolien :

  1. Regrouper les opposants en créant une association loi de 1901.
  2. Faire adhérer l'association à la Fédération Environnement Durable (FED) qui lutte contre l'éolien industriel aux niveaux régional et national. Vous pouvez aussi adhérer à titre individuel.
  3. Réaliser un travail important d'information :
    • Faire des tracts montrant la taille des eoliennes par rapport aux monuments (une église c'est 30 m, un château d'eau 50 m, une éolienne 150 m de haut !) ;
    • Rencontrer le maximum de riverains et les habitants de votre commune et des communes limitrophes ;
    • Organiser des réunions publiques : la FED aide les associations et apporte son concours ;
    • Manifester publiquement votre opposition ;
    • Contacter les services de l'État (DRIRE, DIREN, DASS, DDE) et essayer d'obtenir le maximum de renseignements ;
    • Écrire des lettres aux députés, sénateurs, maires, accompagnées du Triptyque de la FED ;
    • Alerter les médias locaux et régionaux. Mobiliser la presse ;
    • Contacter la ou les autres associations de la région qui luttent contre l'éolien ainsi que les associations du patrimoine de la région dont la FNASSEM ;

Les documents les plus importants sont :

N'hésitez pas à nous recontacter si nécessaire. Bon courage dans votre lutte.

Bien solidairement,

ADEVA

Vent de colère - 3 juin 2008

« Bonjour,

Je réagis à la remarque de "claire" sur le "sifflement des éoliennes"...Voilà quelqu'un qui n'a jamais été voir un parc éolien de près! »

Claire - Saint-Germain-en-Laye (78) - 29 mai 2008

« Bonjour,

J'envisage l'achat d'une maison à Montacher Villegardin. Je prends connaissance via votre site des projets d'implantation d'eoliennes dans le secteur. Qu'en est-il actuellement? les projets sur ces communes sont-ils encore d'actualité, risquent-ils de ressurgir dans quelques mois ou années? nous recherchons le calme de la campagne gâtinaise, pas le sifflement d'un champs d'éolienne!

Merci pour votre action

Claire »

Réponse de l'ADEVA

Les projets d'implantation d'éoliennes ont tous été abandonnés dans le Bocage gâtinais. Heureusement ! Cela dit, Montacher-Villegardin est comme toutes les communes de France et le risque zéro n'existant pas, de nouveaux projets peuvent ressurgir un jour. C'est la raison pour laquelle les associations partenaires AGAPE, ADERE et ADEVA restent très vigilantes et sur leurs gardes, prêtes à s'opposer à tout projet éolien industriel éventuel.

Nous vous remercions de votre message et vous souhaitons la bienvenue à Montacher-Villegardin.

Bien cordialement,

ADEVA

Julien - Narbonne (11) - 27 mai 2008

« Bonjour,

Je me permets d'apporter ma contribution : la remarque sur la Nouvelle-Zélande est erronnée. Ainsi, 151 MW ont été installés dans ce pays en 2007, contribuant à un production d'électricité propre.

Je souhaite que la France continue de soutenir le développement de cette énergie, et que chacun prenne ses responsabilités vis-à-vis de son propre mode de vie. Bien sur les économies sont à privilégier mais nous aurons toujours besoin d'électricité.

Je suis en désaccord avec presque tout vos arguments mais je vous remercie malgré tout de laisser chacun s'exprimer.

Vive les éoliennes ! »

Don Quichotte - Rase campagne - 23 mai 2008

« Bonjour,

Je ne comprends pas les insultes des 'pro-éoliennes' ?

Visiblement, beaucoup d'entre eux habitent en ville: ils n'ont pas à subir les nuisances. C'est trop facile !

Si j'ai bien compris: la production d'électricité en France répond à nos besoins, et d'une façon relativement écologique (visiblement ni le nucléaire, ni l'éolien ne sont 100% écolos: tout le monde est d'accord?). Alors pourquoi produire plus, plus cher, moins beau, plus dangereux pour la santé et pour les oiseaux (j'ai lu que la Nouvelle-Zélande avait interdit l'éolien pour protéger les oiseaux, est-ce exact?) ?..

Don Quichotte avait raison. »

Réponse de l'ADEVA

Vous avez raison, Don Quichotte. Pourquoi implanter des éoliennes alors qu'il vaut mieux réduire la consommation d'électricité ? Des moyens très simples comme supprimer les mises en veille des appareils pour nous obliger à les éteindre, comme nous le faisions auparavant, permettraient d'économiser la même quantité d'électricité que celle produite par ces machines géantes que l'on veut nous imposer. La tranquillité et le bonheur des gens ainsi que la sauvegarde des paysages et du patrimoine ne valent-ils pas ce petit effort de notre part ?

D'après Observ'ER en 2006, la production électrique néo-zélandaise était assurée par 54,8 % d'hydraulique, 35,1 % de fossile, 7,8 % de géothermie, 1,5 % de biomasse et seulement 0,7 % d'éolien. Trouvez l'erreur, coûteuse, inefficace et nuisible ! Nous n'avons aucune information permettant d'affirmer l'arrêt du développement de l'éolien industriel dans ce pays, malheureusement.

Merci pour votre message. Bien cordialement,

ADEVA

Mieux vaut inciter la société à accepter une hausse du prix de l'électricité qui la poussera à réduire sa consommation, que de développer l'éolien.
Jean-Marc Jancovici, ingénieur et membre du comité de veille écologique de la Fondation Nicolas Hulot
« Plus d'éoliennes, pas moins de CO2 » - Le Monde du 15 février 2008

Marion - Paris - 21 mai 2008

« Bonjour,

A lire vos écrits on a l'impression que le président de la république soutien mollement la filière éolienne.

Pourtant, lors de son discours sur le Grenelle de l'environnement d'hier à Orléans il a déclaré : "Le gouvernement s'attèlera à tripler le parc actuel d'éoliennes (6000 actuellement)". Voilà un soutien clair et franc!

Simple mise à jour... »

Belette - 18 avril 2008

« bonjour

je voudrais faire une petite remarque à tous ceux qui vous écrivent, vérifiez vos fautes d'ortographe !!!!

C'est une horreur!!! »

Réponse de l'ADEVA

L'erreur est humaine et personne n'est à l'abri d'un oubli... vous avez oublié un h au mot orthographe.

ADEVA

Pascal - 16 avril 2008

« Bonjour,

J'espère que votre objectivité ira jusqu'à mettre en ligne le reportage de TF1 d'hier soir (15/04) qui a le mérite de démonter de manière claire et précise vos habituels mensonges (production de CO2, cout exorbitant, opposition des associations environnementalistes...).

Cordialement »

Réponse de l'ADEVA

Le 10 avril 2008, soit cinq jours plus tôt, TF1 a diffusé un autre reportage très intéressant intitulé « Tout savoir sur l'éolien : dossier spécial » que nous vous recommandons tout particulièrement car il corrobore nos habituels mensonges...

Cordialement,

ADEVA

Pascal - 2 avril 2008

« Par ailleurs le projet des 72 sénateurs UMP fait que construire une éolienne sera soumis à davantage de contraintes qu'une centrale nucléaire, qu'un incinérateur ou qu'une ligne TGV!

Quel pays! »

Pascal - 2 avril 2008

« Evidement tous font partie du complot des méchants promoteurs avides d'argent et qui veulent polluer et détruire la planète avec les horribles éoliennes!

Votre mauvaise fois est sans limite!

Apprenez à être objectifs! »

Pascal - 31 mars 2008

« Bonjour,

Une nouvelle qui va vous réjouir : le rapport de l'académie de médecine (qui parlait de 1500m des habitations pour des éoliennes de plus de 2,5MW en attendant de nouvelles études) trouve sa conclusion dans une étude menée par un collège d'académiciens et par l'Agence Française de Sécurité Sanitaire de l'Environnement et du Travail (Afsset) qui, je cite : "estime qu'il n'est pas nécessaire de définir une distance d'installation minimale entre les parcs éoliens et les maisons et qu'il faut évaluer l'impact acoustique "au cas par cas".

Le rapport stipule bien que : "la France, qui pour le moment n'a pas de machine "d'une puissance supérieure à 2,5 MW", dispose "d'une des réglementations les plus protectrices pour les riverains"". Il n'y a donc pas lieu de définir en plus une distance minimale, les 500m préconisés par l'ADEME suffisent donc amplement.

Et surtout : "les émissions sonores des éoliennes ne génèrent pas de conséquences sanitaires directes sur l'appareil auditif".

Il me semble nécessaire de vous en informer compte tenu du fait que les informations publiées sur votre site ne vont que dans un sens : l'ultra anti éolien....

Bon vent! »

Réponse de l'ADEVA

Une nouvelle qui ne peut réjouir que les industriels de l'éolien, mais certainement pas les riverains qui doivent endurer les nuisances de ces machines géantes. Leurs témoignages n'ont pas été pris en compte dans ce rapport. Ils n'ont pas été associés à cette étude alors que les constructeurs, développeurs et gestionnaires de parcs éoliens l'ont été avec l'ADEME !

Les nuisances sont sans doute imaginaires, tout comme les décisions des préfets d'arrêter les machines la nuit ou même le jour quand le bruit est trop important. Tout cela doit être subjectif !

Que vont penser les personnes victimes de l'éolien industriel en lisant le chapitre sur le bruit émis par les grillons au regard de celui des éoliennes ?

ADEVA

Aline - Nevers (58) - 17 mars 2008

« Bonjour,

J'ai écouté l'émission du 6 mars 2009 de "la tête au carré" sur France Inter qui parle beaucoup de l'éolien et cela permet d'avoir une vision plus objective de l'éolien, qui fait la part des choses entre les anti comme vous et les pro (les entreprises qui y travaillent). Il en ressort que le bilan est plus que positif pour l'éolien et que beaucoup de vos arguments sont finalement mensongers (ou naifs?).

Je vous invite à l'écouter et à en parler pour un peu plus d'objectivité sur votre site.

Bien cordialement,

Aline Beranger »

Réponse de l'ADEVA

Cette émission recevait un seul invité très favorable aux implantations d'éoliennes industrielles en France, la tromperie que représente ces machines sur le bilan environnemental et économique ainsi que leurs multiples nuisances n'étant pour lui que des "idées reçues"... Où est l'objectivité ?

Cordialement,

ADEVA

Bernadette - La Rochelle (17) - 10 mars 2008

« Je constate que vous êtes l'objet de bien des insultes, les partisans de l'éolien ne font pas dans la dentelle... cela prouve que le vent est bien en train de tourner. L'information circule, la propagande des promoteurs commence à perdre de sa superbe.

Plus il y a de centrales éoliennes, plus il y a de gens qui se révoltent.

Au Danemark, en Allemagne, les gens n'en veulent plus de ces machines... ce n'est pas une raison pour utiliser notre pays comme nouveau marché et comme nouveau dépotoir.

Analysons l'échec de l'éolien ailleurs, au lieu de laisser dire que nous sommes "en retard". Nous polluons moins que les autres.

BRAVO pour votre combat, Félicitations pour votre site, il permet de mesurer la hargne des promoteurs et la capacité de résistance de ceux qui protègent leur environnement. Félicitations pour votre combat. »

Réponse de l'ADEVA

Vos remarques sont très justes et pleines de bon sens. Merci pour votre soutien et vos encouragements.

ADEVA

Jean - Nevers (58) - 22 février 2008

« Votre article du Figaro renvoie aux associations dans votre genre, quelle "enquête" impartiale! »

Jean - Nevers (58) - 21 février 2008

« Il est amusant de voir que vous faites la promotion du solaire et que vous l'opposez à l'éolien. Le solaire à un rendement moyen de 14% (27% pour l'éolien) et un coût de rachat de 55c/kwh (8,2cent dégressif pour l'éolien). Ceci montre à quel point vous manquez de sérieux pour vous exprimer sur le sujet et ce n'est qu'un élément parmi l'incroyable amoncellement d'anneries écrites sur ce site.

Le coup de la CSPE est classique chez les extrémistes anti-éolien, vous sous-entendez que l'ensemble de la CSPE sur la facture d'électricité va à l'éolien. Rien n'est plus faux, seuls 3% de cette CSPE (qui est au total d'environ 45euros par foyer par an) vont au surcout de certaines énergies. Dans ces 3%, seuls 30% sont affectés à l'éolien soit au final MOINS DE 1% DU TOTAL DE LA CSPE!!!!! Le coût est donc négligeable pour le consommateur (et en constante diminution, voir dernier rapport MEDAD et ADEME).

EN attendant votre censure et vos prochains mensonges,

Jean »

Réponse de l'ADEVA
« censure »

Depuis la création de ce site en mai 2005, nous avons publié tous les messages des personnes qui nous en ont fait la demande. Vous disposez de toute façon d'un droit de réponse. Où est la censure ?

« âneries et mensonges »

Avec les termes que vous employez, vous essayez manifestement de discréditer notre association.

« promotion du solaire »

Quand nous parlons de solaire, il s'agit toujours de "solaire thermique" (cité trois fois dans cette page) et non pas de photovoltaïque (jamais cité). L'une des principales causes d'émission de gaz à effet de serre étant le chauffage des habitations, les énergies renouvelables qui permettent de réaliser des économies de combustible ou d'électricité dans ce domaine doivent être développées en priorité.
Mais auparavant, au lieu d'implanter des éoliennes industrielles, la première chose à faire est de mettre en place les techniques d'économies d'énergie, pas plus exigeantes en argent public, mais capables de faire baisser la consommation d'énergie de 10 % !

« extrémistes anti-éoliens »

Enfin un compliment !

La CSPE

Dans cette même page, vous pouvez lire :
Nous n'avons jamais cité de pourcentage de CSPE pour l'éolien et nous attendons la publication par l'État de chiffres officiels, suite à la réunion avec les représentants du Ministère de l'Écologie de la délégation du Collectif du 6 octobre dont c'est la revendication première.
Les chiffres que vous citez ne représentent pas la réalité du coût de l'éolien industriel pour la collectivité. Vous laissez même entendre que ce coût diminue alors que l'éolien industriel se développe constamment grâce à de larges subventions. Mais qui paie donc si ce n'est le consommateur ou le contribuable ?
Les subventions sont payées par les clients d'EDF, les contribuables payent les 2/3 de la taxe professionnelle perçue par les communes. La facture d'électricité va s'envoler avec les pales des éoliennes, la CSPE ne représentant que la partie visible de l'iceberg...

Nous vous recommandons la lecture de l'article du Figaro Magazine du 11 février 2008 :
La facture d'électricité va exploser.

ADEVA

1 euro investi dans l'isolation de l'habitat économise 20 fois plus de CO2 que 1 euro investi dans les éoliennes...
Jean-Marc Jancovici, ingénieur et membre du comité de veille écologique de la Fondation Nicolas Hulot

AEST - Loches (37) - 12 février 2008

« Notre association a été fondée en 1979, époque où l'écologie signifiait "habiter raisonnablement le monde" et non ascenseur politicien pour le Pouvoir, et l'arrivisme individuel. Elle a périclité à cause de cette ambiance de récupérations et des dissentions qui ont suivi, pour retrouver souffle à cause des éoliennes qui menacent la région depuis 2007.

Notre positionnement "indépendant" est difficile à admettre pour ceux qui se veulent "tribuns", "guides" ou "messies". Nous affirmons que la cause environnementale "transcende" les préoccupations électoralistes et claniques.

La crédibilité repose sur le sérieux des dossiers : déchets, boues, carrières, transports, économies d'énergie et là, nous sommes bien seuls ! Alors ça fait du bien quand on découvre un site comme le vôtre. On en rêve ! »

Réponse de l'ADEVA

Il semble bien qu'il y ait des points communs entre votre association et la nôtre. Nous vous souhaitons bonne chance dans votre lutte pour défendre votre environnement menacé.

Bien solidairement,

ADEVA

Jean - Montargis - 8 février 2008

« Rapport RTE de 2007 : CHAQUE MW EOLIEN INSTALLE ACTUELLEMENT REMPLACE UN MW D'ORIGINE THERMIQUE.
Ceci dans la limite de 15000MW installés (nous en sommes à 2600...)
Alors cessez vos mensonges qui ne révèlent que votre égoïsme ! »

Réponse de l'ADEVA

Sauf que le bilan RTE de 2007 indique :

« Le taux de puissance substituée (rapport de la puissance thermique substituée à la puissance éolienne installée) est voisin du facteur de charge moyen des éoliennes en hiver (environ 30 %), pour un parc éolien de faible puissance (quelques GW). Il décroît lorsque la taille du parc éolien augmente, mais reste néanmoins supérieur à 20 % autour du 15e gigawatt d'éoliennes installées. »

1 MW éolien installé ne peut donc remplacer au mieux que 0,3 MW d'origine thermique, et même beaucoup moins si la puissance du parc éolien français continue à augmenter comme on nous le promet, avec 25 000 MW dans une douzaine d'années, soit 10 fois plus qu'actuellement !

ADEVA

Corinne - Saint-Loup-des-Vignes - 6 février 2008

« Votre site est une honte, à l'abri dans vos résidences secondaire, avec vos 4x4 vous refusez tout developpement à notre pays et vous cassez tout ! Le paysage ne vous appartient pas et vous n'en avez pas acheté un morceau immuable !

L'éolien n'est pas parfait mais il a beaucoup d'avantages. Quand à la carrière que vous vous targuez d'avoir tuée dans l'oeuf, bravo pour les emplois détruits et les pays exportateurs vous disent merci ! »

Réponse de l'ADEVA

Oubliez le cliché à l'abri dans vos résidences secondaires, avec vos 4×4 car parmi les neuf administrateurs de notre association, seulement trois d'entre eux ont une résidence secondaire dans notre village et un seul a un 4×4 !

Lorsque nous avons eu connaissance d'un projet éolien sur notre commune en 2006, plusieurs membres du bureau de notre association y étaient favorables. Nous nous sommes documentés et petit à petit nous avons découvert que derrière une façade pseudo-écologique se cachait une affaire de gros sous.

De la poudre aux yeux, c'est ce que représente pour nous l'éolien industriel sur le plan environnemental. De nombreux écologistes authentiques l'ont compris, dans notre association, au sein d'autres associations de la région (lire l'article de l'Éclaireur du Gâtinais du 28 juin 2007) ou ailleurs.

Au sujet du projet de carrière, aucune création d'emploi n'était envisagée par l'exploitant qui aurait simplement déplacé ses propres employés sur un nouveau site.

Nous vous recommandons la lecture des 14 pages du Figaro Magazine du 9 février 2008 consacrées à l'éolien industriel en France. Éoliennes : miracle ou arnaque ? est le titre de l'excellent article de Martine Betti-Cusso.

Cordialement,

ADEVA

Patrick - Thoury-Férottes - 31 janvier 2008

« Sommet de la connerie. Site tenue sans doute par des ecolos ayant sans doute un portefeuille bien garnie et qui doivent avoir une residence secondaire dans ce petit pays charmant mais un peu en retrait de tout. Il y a aucun commerce dans votre bourg donc tous les habitants sont obligés de posseder une ou plusieurs auto afin de pouvoir aller travailler et d'aller faire ses courses a ecomarché cheroy. Thoury et saint ange ne se plaigne pas des indemnites verses au proprietaires des terrains et aussi a la commune car dans ces petits pays les taxes professionnelles ne sont pas abondantes. Alors, je resume : pas de carriere de cailloux pas d'eoliennes qui permettraient au habitant au revenus modeste de profiter d'embellissement et de modernité dans leur antique village. Renseigner vous au prealable avant de marquer de pareilles idioties, pensez au developpement de votre village. Part contre il me semble avoir vu des camions deverser dans les champs proches de la commune des boues d'epuration (des excrements) qui sont sans doutes plus profitable au cultivateur qui les a recues ; Thoury les a refuser apres un sondage aupres de la population. Qu'est ce qui est plus rentables ? enfouir des tonnes d'excrements parisiens ou extraire des cailloux de champs au rendements plutot faible ? c'est sur, l'argent des boues d'epuration va directement dans les poches du cultivateur complaisant qui se garde bien d'en faire profiter la commune ; et qui fait sans doute partit de ce "beau" mouvement ecologique. Je ne manquerais pas de venir a la prochaine brocante et d'aller discuter avec vous si vous refaite un stand ecolo.

ps : lorsque je passe vers les carrieres de thoury et st ange il n'est pas rare d'y voir sangliers, chevreuils, lievres et autres volatiles chassables qui se promene en toutes tranquilité car la plupart des terrains sont laissé en jachere et constitue ainsi un petit paradis a tout ce gibier.

cordialement

patrick »

Réponse de l'ADEVA

À Villebéon aussi, le maire avait fait circuler une pétition contre l'épandage des boues. Malheureusement, le Préfet en avait décidé autrement et l'arrêté municipal d'interdiction qu'il avait pris n'a pu être appliqué. Et bien sûr, le cultivateur qui autorise leur épandage sur ses terres profite seul des retombées financières (s'il y en a), le village "bénéficiant" seulement des nuisances ! C'est d'aillleurs le même propriétaire qui voulait voir installer une carrière sur ses terres. Le qualificatif "d'écolo" ne semble donc pas le plus approprié pour le définir. Pas plus qu'il ne s'applique aux membres de l'ADEVA !

Nous voulons seulement protéger la qualité de vie de notre village et nous sommes heureux de voir de nouveaux habitants venir s'y installer lui permettant de rester très vivant même si vous le trouvez trop à l'écart et un peu antique.

C'est vrai que nous n'avons pas de commerce (il ne serait parait-il pas rentable), mais nous avons une école avec 3 classes et le village compte 8 associations, preuve de sa vitalité. N'est-ce pas plus agréable qu'un concasseur et des camions, même si ça ne rapporte rien ?

Si vous circulez sur nos routes, en allant à Écomarché notamment, prenez garde aux sangliers et aux cheveuils qui sont très nombreux cette année. Nous espérons pouvoir les admirer longtemps encore, ainsi que lièvres, perdrix et faisans, loin des pelleteuses et des pales d'éoliennes.

À bientôt sur notre stand.

ADEVA

Alamontagne - Paris - 9 janvier 2008

« Une autre remarque sur le rapport de l'académie de médecine. Il s'agit d'un rapport NON validé par l'académie mais simplement écrit par deux membres de cette académie. Et vous poursuivez le mensonge par omission cette fois-ci en oubliant de dire que le rapport préconise "en l'abscence d'étude sur les machines de plus de 2,5MW (or les machines actuelles sont de 2MW et ne posent aucun problème pour ces académiciens) une distance de plus de 1,5km uniquement pour ces machines de plus de 2,5MW. De plus, cette étude n'a pas été validée car la prise en compte de cette distance ne repose sur aucune étude et même pas sur une application du principe de précaution... Relisez! »

Réponse de l'ADEVA

Sur notre site Internet à la rubrique €oliennes/Santé, vous pouvez lire :

« Pour faire la preuve de l'éventuelle nocivité du bruit éolien pour l'homme », l'Académie estime indispensable que soient entreprises des études, dans un rapport adopté le 14 mars 2006.

« En attendant les résultats de ces études, l'Académie recommande aux pouvoirs publics que, dès maintenant :

  • à titre conservatoire soit suspendue la construction des éoliennes d'une puissance supérieure à 2,5 MW situées à moins de 1500 mètres des habitations,
  • l'article 98 de la loi du 2 juillet 2003 soit modifié comme il se doit, pour que les éoliennes, dès qu'elles dépassent une certaine puissance, soient considérées comme des installations industrielles, et que leur implantation soit désormais soumise à une réglementation spécifique tenant compte des nuisances sonores très particulières qu'elles induisent. »

Lire le rapport complet.

Le rapport se termine page 17 par la phrase suivante :

L’Académie, saisie dans sa séance du mardi 14 mars 2006, a adopté le texte de ce rapport à l’unanimité.

Dans notre région, en Gâtinais en Bourgogne, les 39 éoliennes de 2,5 MW prévues dans le projet de 2007 auraient été remplacées quelques années plus tard par des 3 MW. L'Académie de Médecine recommande dans un tel cas que les éoliennes soient implantées à plus de 1500 m des habitations. Pour des machines de 2,3 MW ou 2 MW qui seront aussi remplacées par des plus puissantes, il paraît sage d'observer la même recommandation.

ADEVA

Alamontagne - Paris - 9 janvier 2008

« Une remarque sur la lamentable carte que vous présentez : elle date de 1996 et à une résolution au 100km! Nous sommes en 2008 et il existe des cartes très précises en particulier sur la région qui nous concerne. Il s'avère que le gâtinais comme la beauce sont de très bonnes surprises avec des potentiels 2 à 3 fois supérieurs à ce qui est représenté sur vorte carte grossière...

Mettez à jour vos données au lieu d'écrire des mensonges! »

Réponse de l'ADEVA

La carte que vous qualifiez de lamentable et de grossière est celle de l'ADEME. Depuis 1996, les régimes des vents n'ont pas changé. Même si cette carte n'est pas précise, elle donne quand même une idée du potentiel éolien des régions de France et l'ADEME l'a conçue dans ce but. Les subventions accordées à l'éolien industriel sont tellement élevées qu'il est rentable d'implanter des éoliennes presque partout.

Si cette carte est tellement critiquable, comment se fait-il qu'elle soit utilisée par les promoteurs de l'éolien industriel lors de leurs présentations aux conseils municipaux des communes ?

ADEVA

Alamontagne - Paris - 4 janvier 2008

« Parceque le nucléaire, le thermique, le solaire ne sont pas des affaires de gros sous peut-être? Il faut arrêter avec les thèses marxistes, les entreprises n'existent que parcequ'il y a de l'argent à gagner, si vous voulez changer le monde attaquez-vous a des industries qui polluent, pas aux industries qui font des efforts pour faire bouger les choses!

Quand aux paysages, personne ne mettera d'éoliennes sur le mont st michel, sur la dune du pyla ou au dessus des gorges du tarn! Les grandes plaines du sud parisien sont bien ventée et n'on que peu d'interêt paysager suite à leur massacre (haies, bois et bocage détruits), votre position n'en est que plus intenable! De plus vous ne prenez pas en compte les gens qui trouvent qu'une éolienne c'est tout simplement beau, et qu'un parc d'une dizaine ou d'une vingtaine d'éoliennes, suffisament éloignées des maisons (plus de 500m) et bien alignées, cela donne du relief à un paysage désésperement plat.

La spécificité française : être contre tout et ne pas aimer ceux qui gagnent de l'argent... »

Réponse de l'ADEVA
« [...] les entreprises n'existent que parcequ'il y a de l'argent à gagner, si vous voulez changer le monde attaquez-vous a des industries qui polluent, pas aux industries qui font des efforts pour faire bouger les choses! »

La motivation des entreprises est-elle l'argent ou faire bouger les choses ? Les industriels de l'éolien seraient-ils plus vertueux que les autres ?

« Quand aux paysages, personne ne mettera d'éoliennes sur le mont st michel, sur la dune du pyla ou au dessus des gorges du tarn! »

Si on laisse faire les promoteurs, ils en sont capables ! Ils essayent bien d'implanter des éoliennes industrielles à Argouges et Carnet en covisibilité avec le Mont-Saint-Michel, cela ne les gêne pas ! Il est vrai que le paysage y est désespérément plat !

« Les grandes plaines du sud parisien sont bien ventée »
Carte du gisement éolien en France

Bien ventées ? D'après la carte du potentiel éolien en France éditée par l'ADEME, les vitesses moyennes de vent comprises entre 12,6 et 30,6 km/h sont plutôt défavorables. Avec une vitesse de vent de 12,6 km/h, l'éolienne ne produit rien et avec 30,6 km/h elle ne délivre que 50 % de sa puissance nominale ! D'autre part, les vents sont plus faibles en plaine que sur les collines et les côtes maritimes. Encore une fois, c'est grâce aux subventions que, même dans les régions peu ventées, les centrales éoliennes sont artificiellement rentables !

« et n'on que peu d'interêt paysager suite à leur massacre (haies, bois et bocage détruits), votre position n'en est que plus intenable! »

Puisque les paysages ont été massacrés comme vous dites, ne les massacrons pas plus en y implantant des pylônes géants dans du béton, ne serait-ce que par respect pour les habitants des villages qui ont le droit, comme les autres, de vivre dans un environnement relativement préservé. Lors de la restitution des conclusions du Grenelle de l'Environnement, le président de la République a déclaré : Les éoliennes oui, mais d'abord sur les friches industrielles, et loin des sites emblématiques. Cette région n'a peut-être pas de site emblématique mais elle n'est pas non plus une friche industrielle !

« De plus vous ne prenez pas en compte les gens qui trouvent qu'une éolienne c'est tout simplement beau, »

Nous ne pensons pas que le débat se situe au niveau de l'esthétique de ces machines industrielles. Les châteaux d'eau et les pylônes électriques ne sont pas décoratifs, mais ils n'ont jamais rassemblé 1500 manifestants autour du Ministère de l'Écologie...

« et qu'un parc d'une dizaine ou d'une vingtaine d'éoliennes, suffisament éloignées des maisons (plus de 500m) »

Insuffisamment éloignés des maisons, dirons-nous ! 500 mètres, c'est extrêmement proche. Qui aurait envie d'habiter à 500 m d'une machine de la hauteur d'une tour de 40 étages de la Défense ? Une tour qui bouge et attire l'attention, fait de l'ombre qui harcèle, fait du bruit qui a un impact sur la santé. Et vous parlez d'en mettre 10 ou 20 ?
Les promoteurs nient les nuisances des éoliennes, mais l'Académie nationale de Médecine recommande de les implanter à une distance minimum de 1500 m des habitations.

« et bien alignées, cela donne du relief à un paysage désésperement plat. »

À l'ADEVA, nous préférons de loin les reliefs naturels.

« La spécificité française : être contre tout et ne pas aimer ceux qui gagnent de l'argent... »

N'est-ce pas un peu excessif ?

Cordialement,

ADEVA

Alamontagne - Paris - 23 décembre 2007

« Les "promoteurs" doivent aussi gagner de l'argent et ils n'en gagnent que s'ils vendent de l'éléctricité donc s'il y a de la production...Il ne peuvent se permettre, sous peine d'etre non rentables, de construire n'importe ou! D'ailleurs le potentiel vent est bien plus interessant en France qu'en Allemagne. Il serait dommage de ne pas utiliser une ressource inépuisable comme complément à notre bouquet énergétique! Et vu le marché international que cela représente, ne laissons pas encore une fois passer notre chance par la faute d'obscurantistes! Le prix fixé (8,2cent/KWH puis dégressif) est LARGEMENT dans la lignée du prix de l'électricité sur un marché libre, il est grand temps que l'on paie ENFIN l'électricité à son VRAI prix si l'on veut vraiment que les gens fassent des efforts sur la consommation!

Bonnes fêtes de noël »

Réponse de l'ADEVA

L'éolien industriel n'est donc qu'une affaire de gros sous... Tant pis pour la tranquillité et le bonheur des gens qui subiront les nuisances des éoliennes tout en payant l'électricité plus chère... Industrialisons les campagnes et tant pis pour nos paysages et notre cadre de vie...

En espérant que l'action conjointe de toutes les associations opposées à l'éolien industriel en France permettra d'éviter un tel désastre, nous vous souhaitons un bon Noël.

ADEVA

Alamontagne - Paris - 22 décembre 2007

« Je réagis aux tissus d'inepties deversées sur ce site et le courrier des lecteurs est amusant à cet égard (quand je vois les réponses faites par l'administrateur du site) : "nous serons tous concernés" quand on vous parle de 1 parc pour 36 communes... Sachez que des régions entières ne verons jamais d'éoliennes (l'aquitaine, la cote sud est, les alpes...) et que le finistere a deja tous ses parcs possibles construits, on en voit peu et c'est pourtant un département très venté!

Et 1500 personnes...soyez raisonnables rien qu'une manifestation d'urluberlus écolos pour la défense du chat sauvage d'alaska rassemble plus de monde a trifouilly les oies!

Pour l'allemagne c'est un exemple a votre décharge, 18000 éoliennes dont 90% de toute 1ere génération (très faible production) et ils arrivent quand meme à faire 6%!!!! Avec tout le repowering en cours, ils vont passer d'une moyenne inférieure à 1MW par éolienne à plus de 2MW tout en réduisant le nombre de machines...et donc faire plus de 10% de leur éléctricité avec moins de 10000 éoliennes!

Et puis vous avez raison, non aux industriels, qu'ils partent, non aux 60 000 emplois de l'éoliens (plus de 100 000 à venir) démontons les usines de production qui s'installent en france (comme à fos ou orléans) et qui pourraient permettre de fournir des éoliennes au monde entier! Vive le temps des bougies et du charbon! »

Réponse de l'ADEVA

"Merci" de tenter de nous rassurer sur le fait que certaines régions de France seront épargnées par les nuisances de l'éolien industriel, mais nous ne sommes pas si catégoriques que vous lorsque nous voyons des projets éoliens pousser comme des champignons — non pas parce qu'il y a du vent, mais parce qu'il y a des subventions !
C'est le cas, par exemple, des projets dans l'Yonne. Le directeur d'EDF Yonne a déclaré (L'Yonne Républicaine du 29 septembre 2007) : « Notre bureau d'études a considéré que l'Yonne n'était pas un département suffisamment rentable en raison des conditions climatiques. Le vent n'y est ni assez puissant, ni assez régulier. » Pourtant, nous voyons des opérateurs privés développer des projets éoliens dans ce département !

Concernant l'éolien industriel dans le Finistère, la DDE a édité un tableau de bord des projets au 1er septembre 2007 qui indique :

  • 14 sites réalisés (81 machines)
  • 12 sites autorisés non encore réalisés (53 machines)
  • 5 nouveaux sites en instruction (29 machines)

Le nombre de machines dans ce département va donc doubler !

L'Allemagne va remplacer la plupart de ses aérogénérateurs par des plus puissants, plus hauts, qui auront donc un impact paysager plus important. Leur nombre ne cesse d'augmenter, malheureusement (bientôt 19 000). La tromperie sur le bilan environnemental et économique est toujours d'actualité. A titre d'exemple, depuis 5 jours, les aérogénérateurs en Allemagne ne produisent pas d'électricité alors que la demande est très forte. En effet, nulle part dans ce pays la vitesse du vent n'a dépassé 10 km/h (voir la carte météo). C'est pourtant la condition sine qua non pour que les 18931 éoliennes industrielles allemandes puissent se mettre à tourner...

Il est urgent d'arrêter de perdre du temps et de l'argent avec des pylônes inutiles et nuisibles qui ne servent qu'à enrichir les investisseurs, promoteurs et industriels de l'éolien. Vive le temps de la raison et des économies d'énergie.

ADEVA

« Du rêve d'une énergie écologique à un saccage paysager hautement subventionné »
(En couverture du magazine allemand Der Spiegel du 29 mars 2004)

Julie - Montargis - 14 décembre 2007

« Bonjour,

Je voudrai juste faire remarquer un ordre de grandeur, il y a 36 000 communes en France et on prévoit d'installer 6000 éoliennes. Les parcs sont souvent constitués de 5 à 10 éoliennes, cela fait donc moins de 1000 parcs, soit moins d'un parc toutes les 36 communes...

D'autre part, étant habitante de la région de Montargis, j'aimerai que l'on m'explique ce qu'il y a de si extraordinaire à protéger au niveau paysager dans notre région! Il aurait fallu se mobiliser avant pour éviter la destruction de toutes les haies qui ont existé et qui font que des parcs éoliens peuvent devenir si visible de par chez nous.

Il faudrait aussi m'expliquer ce que cela a de laid, plus personne n'entend râler les riverains effrayés par le progrès une fois les éoliennes installées (vous n'avez pas plus d'une dizaine d'exemples à donner, sachant qu'il y a plusieurs centaines de milliers d'éoliennes de par le monde.

Une fois encore je constate que notre pays est le seul à râler dès que l'on veut le faire évoluer dans le bon sens, la moindre réforme ou évolution vers le progrès se heurte toujours aux mêmes... Et vous ressortez toujours les mêmes arguments complètements érronés!

Julie »

Réponse de l'ADEVA

Quel que soit le nombre d'aérogénérateurs en projet en France, la visibilité à 20 km à la ronde de ces machines industrielles de 150 m de haut (telles des tours de 40 étages de La Défense) implique que nous serons tous concernés, à notre domicile ou bien sur notre lieu de vacances.

Nos campagnes, si banales soient-elles à vos yeux, ne sont pas des friches industrielles. Elles méritent d'être protégées de l'implantation de machines industrielles géantes.

Vous parlez d'une dizaine d'exemples de riverains alors que 1500 personnes représentant 800 villages sont venues de toute la France pour manifester leur opposition à l'€olien industriel, le 6 octobre à Paris devant le Ministère de l'Écologie. À combien estimez-vous le nombre de personnes qui n'ont pas pu se déplacer ce jour-là et qui souffrent quotidiennement des nuisances de ces machines ?

Pourquoi parlez-vous de progrès à propos de ces pylônes géants ? Quelle est leur utilité ? Permettent-ils de réduire nos émissions de CO2 ? A qui rapportent-ils ? Qui paie les subventions qui leur sont accordées ? Qui paie les taxes professionnelles aux communes ? L'Allemagne n'a plus de place onshore pour implanter des aérogénérateurs : 18 833 machines assurent seulement 6 % de la production d'électricité, c'est moins que la consommation des téléviseurs en veille. L'€olien industriel ne permet pas de réduire les émissions de CO2 et ne sert qu'à enrichir les industriels. Les subventions sont payées par les clients d'EDF. Les contribuables payent les 2/3 de la taxe professionnelle. Mais arrêtons-nous là puisque vous considérez que ces arguments sont erronés... Pourquoi ne poursuivriez-vous pas en écoutant différents avis dont celui d'un ingénieur-conseil spécialiste environnement et conseiller de Nicolas Hulot, dans le reportage de France 2 du 4 octobre 2007 intitulé « Dossier écologie : les éoliennes » ?

Cordialement,

ADEVA

Caro - 10 décembre 2007

« La France est un des pays les plus visités au monde en raison de la diversité de ses paysages... j'ai habité la Picardie... il y a des éoliennes partout... j'habite le massif central... on projette 800 éoliennes sur différents sites... j'ai étudié tous les arguments pour et contre avec un maximum d'objectivité... j'ai compris que tout ça n'a rien d'écologique... c'est juste une affaire de sous... dommage, pour le pays... qui va payer dans 10 ans pour les enlever lorsque ce ne sera plus rentable pour personne et que l'on aura fait des progrès dans le nucléaire... ceux qui ne sont pas convaincus de cela n'ont qu'à s'intéresser à la bourse et opérations effectuées par les grands groupes liés aux énergies... vous verrez vous serez édifié... j'ai des amis allemands... parlez leur des éoliennes !!!! ça m'étonnerait qu'ils viennent passer leurs vacances sous les éoliennes françaises... faudrait qu'ils soient sourds et aveugles... ce que nous sommes en train de devenir... »

Réponse de l'ADEVA

Merci beaucoup, Caro, pour votre témoignage.

Lorsque vous dites : « j'ai compris que tout ça n'a rien d'écologique... c'est juste une affaire de sous... », vous rejoignez tout à fait notre opinion ainsi que celle du Groupe Ecologique de Nemours et des Environs (GENE), exprimée dans un article paru dans L'Éclaireur du Gâtinais et du Centre du 28 juin 2007 et intitulé « Les écologistes prennent position ».

Bien cordialement,

ADEVA

Olivier - Boissy-la-Rivière (91) - 3 novembre 2007

« Bonjour,

Je fais partie d'un hameau (Mesnil Girault) en pleine plaine de Beauce et qui dépend d'un village abrité dans la vallée (Boissy La Rivière), à 6km de celui-ci, situé dans le sud Essonne à 7 km d'Etampes (91), ville classée, médiévale aux monuments et églises historiques reconnus.

Voilà pour la présentation rapide.

Problème: le maire de Boissy la Rivière veut implanter 8 ou 9 éoliennes sur les terrains d'un riche agriculteur qui va partir à la retraite, et il veut implanter ces éoliennes à 800m de notre hameau (précédemment décrit). Une enquête publique est en cours. Les services de l'état (Diren, Aviation, pompiers, Dass etc...) n'opposent pas de véto. Donnez moi SVP les ficèles pour déjouer ce projet inique. Merci d'avance.

Olivier »

Réponse de l'ADEVA

Nous croyons comprendre qu'aucune association de défense de l'environnement n'existe dans votre région... Nous n'avons pas de ficelle à vous donner mais plutôt quelques conseils :

  • Fondez une association avec quelques personnes opposées au projet. Elle aura un statut légal, et même avec peu d'adhérents, aura plus de poids que plusieurs opposants isolés.
  • Informez les habitants et les élus de votre région de ce qu'est véritablement l'éolien industriel : une tromperie sur le bilan environnemental et économique.
    Faites un tract dans lequel vous n'oublierez pas d'indiquer l'importance et les dates de l'enquête publique : les habitants concernés doivent impérativement inscrire leur avis dans le registre du commissaire enquêteur.
    Ont-ils été informés par une réunion publique comme le prévoit l'article 7 de la Charte de l'environnement intégrée à la Constitution ? « Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d'accéder aux informations relatives à l'environnement détenues par les autorités publiques et de participer à l'élaboration des décisions publiques ayant une incidence sur l'environnement. »
    Toute anomalie doit être inscrite dans le registre du commissaire enquêteur. Soyez présent aux heures d'ouverture pendant toute la durée de l'enquête publique.
  • Vous pouvez vous inspirer des documents et photomontages de notre site Internet pour réaliser votre tract. Pour informer les élus, nous vous conseillons, dans un premier temps, le Triptyque de la FED1, puis, dans un deuxième temps, le livre de la FED L'ÉOLIEN INDUSTRIEL : Une imposture écologique - Un scandale financier2.
  • Contactez le député et le sénateur local. Ils ne sont peut-être pas favorables au développement de l'éolien industriel. Dans notre région par exemple, Michel Billout, sénateur de la Seine-et-Marne et Henri de Raincourt, sénateur de l'Yonne, y sont totalement opposés.
  • N'hésitez pas à écrire au Président de la République qui a déclaré très récemment dans son discours à l'occasion de la restitution des conclusions du Grenelle de l'Environnement :
    « Les éoliennes oui, mais d'abord sur les friches industrielles, et loin des sites emblématiques. »
  • Adhérez à la Fédération Environnement Durable (FED)3, vous pourrez bénéficier de son aide.

N'hésitez pas à nous recontacter si nécessaire pour plus de précisions. Nous vous souhaitons bon courage dans votre lutte.

Bien cordialement,

ADEVA

1. Télécharger le Triptyque de la FED
2. Télécharger le livre de la FED
3. Site Internet de la FED : environnementdurable.net

Antoine - Caen (14) - 27 octobre 2007

« Merci pour votre publication et je me permet juste d'utiliser un droit de réponse concernant trois points :

le premier sur l'intermittence de l'éolien : le facteur de charge est un peu plus élevé que vous ne le dites : 30% soit 1/3 du temps et pas 1/5ème.
Une centrale doit être arrêtée 1 mois par an pour la maintenance plus 4 à 6 mois tous les 5 ans pour la maintenance générale. le facteur de charge du nucléaire est donc de 83% sans compter les phases test, lancement et ralentissement de production.
Mais soit.

Le second point concerne la durée de vie d'un parc éolien. les promoteurs louent les terrains pour 30 ans et les durées de vie d'une éolienne affichées par les constructeurs sont de 25 à 30 ans, loin des 15 ans que vous annoncez (d'ailleurs d'où sortez-vous ce chiffre?)

le dernier point concerne l'emploi :
les chiffres annoncés par l'ADEME et les développeurs (chiffres partiaux évidement) sont de 1 emploi par MW (en comptant les emplois indirects (génie civil, Bureaux d'étude, entretien des parcs et voies d'accès, maintenance...).
La France à loupé le coche de la construction en laissant les pays nordiques construire le filière. Mais GDF, EDF, Suez et Vergnet sont en train de rattraper ce retard en rachetant des parts dans ces constructeurs (Gamesa, Nordex, Enercon, Repower, Siemens...) et Vergnet (français, avec usines en france) a le monopole des éoliennes tropicales, des éoliennes bipales et va lancer son éolienne de 2 MW pour le marché mondial dès 2008.

Pour conclure, je tiens à rappeler que l'installation d'un parc éolien n'est pas éternelle, elles sont prévues pour être démontées et recyclées au bout de 25 à 30 ans.
En Allemagne, au Danemark (ou les éoliennes sont construites DANS les fermes) aux Pays-Bas, en Espagne les éoliennes très nombreuses et ne posent plus de problèmes d'intégration; Il faut savoir évoluer, les paysages ne sont pas fixés pour l'éternité...

Bien cordialement,
Antoine »

Réponse de l'ADEVA
Facteur de charge

Nous vous conseillons de visiter la page éditée par l'ADEME « Suivi éolien » consacrée aux parcs du Finistère, un des départements les plus ventés. Après avoir sélectionné un parc éolien, vous pouvez en obtenir les données et afficher les facteurs de charge par mois. En en faisant la moyenne, vous obtenez un résultat plus proche de 20 % que de 30 %. Il y a même de mauvais élèves : 13,1 % sur 16 mois pour le parc de Dirinon !
Dans une région comme la nôtre, le facteur de charge étant inférieur à 20 %, les éoliennes ne délivreraient leur puissance nominale que pendant environ 2 mois par an.

Durée de vie d'un parc éolien

Extrait de l'article « Unerwartete Kräfte » paru dans le magazine allemand DER SPIEGEL n° 34 du 20 août 2007, page 42 :
« Nach dem Boom der vergangenen Jahre machen sich Windkraftbetreiber und Experten Sorgen: Die Anlagen sind offenbar nicht so zuverlässig und langlebig, wie die Hersteller behaupten. Tausende teils schwere Schäden sorgen mittlerweile für Ärger bei Besitzern und ihren Versicherungen: Kaum ein Getriebe im Kopf der turmhohen Mühlen etwa trotzt der Dauerbelastung länger als fünf Jahre. Mitunter entstehen schon nach kurzer Betriebszeit Risse an Rotoren oder in Fundamenten, führen Kurzschlüsse oder heißgelaufene Propeller zu Bränden. Dabei - so versprachen viele Anlagenbauer - sollten die Windmühlen angeblich 20 Jahre halten. »
Traduction :
Après le boom de ces dernières années, les exploitants des éoliennes comme les experts commencent à s'inquiéter : apparemment, ces installations ne sont pas aussi fiables et leur durée de vie n'est pas aussi longue, que l'affirment leurs constructeurs. En attendant, des milliers de sinistres dont certains sont graves, provoquent la colère des propriétaires et de leurs assureurs : par exemple, pratiquement aucun engrenage, à l'intérieur des nacelles de ces moulins géants, ne résiste plus de 5 ans aux charges mécaniques permanentes. Parfois, des fissures au niveau des rotors ou des fondations apparaissent déjà peu de temps après la mise en service, ou bien des courts-circuits ou des surchauffes du rotor provoquent des incendies. Or, d'après les promesses de nombreux constructeurs, il paraît que ces moulins à vent auraient dû tenir pendant 20 ans.

Savoir évoluer

Nous ne sommes pas prêts à sacrifier la tranquillité et le bonheur des gens qui devraient vivre avec des éoliennes, ainsi qu'une partie de nos paysages, pour du vent et une affaire de gros sous. Nous sommes tous prêts à faire des sacrifices quand nous jugeons que c'est nécessaire. Nous supportons des constructions comme les pylônes électriques ou les châteaux d'eau. Nous refusons les éoliennes, beaucoup trop chères parce qu'inutiles. Aucune manifestation rassemblant plus de 1000 personnes, comme celle du 6 octobre 2007 à Paris autour du Ministère de l'Écologie, n'a jamais eu lieu contre des constructions de pylônes ou de châteaux d'eau.

Bien cordialement,

ADEVA

Antoine - Caen (14) - 27 octobre 2007

« Je m'attendais à ce que vous ne publiez pas mon commentaire... Ou alors il vous faut 1 semaine pour y répondre ?
Vous devriez, pour être un tant soit peu crédibles, nuancer vos argumentaires et admettre la critique.

Cordialement »

Réponse de l'ADEVA

Nous vous répondons au bout de deux jours, ne soyez pas si impatient ! Voir ci-dessous.

Cordialement,

ADEVA

Antoine - Caen (14) - 25 octobre 2007

« Ce qui m'interpelle sur votre argumentaire anti éolien c'est que vous ne tenez aucun compte de la nécessité d'un appui des pouvoirs publics pour des filières en 1ere phase post R&D.

Pourquoi ne critiquez vous pas le nucléaire dans ce cas ?

L'EPR est dans la même phase, nous sommes actuellement à 3 milliards d'euros pour un EPR de 1450 MW soit l'équivalent de 600 éoliennes actuelles (2,3 à 2,5 MW) qui ont elles, un coût net (pas de combustible à acheter par la suite) de 2 millions pièce développement compris. Soit un total de 1,2 milliards d'euros (plus de 2 fois moins que l'EPR !)

Par la suite, et pour rester dans cette comparaison, l'éolien entraine en moyenne 20 fois plus d'emplois par MW que le nucléaire (source : EDF)

Reste le problème de l'approvisionnement en uranium...

De plus, pour ce qui est du tarif du Kw/H, celui issu de l'éolien est racheté par EDF 8,2 cent et est dégressif pour atteindre 2,8 cent au bout de 15 ans...

Le nucléaire est à environ 3 cent du KW/H actuellement et sans prendre en compte le cout public d'installation d'une centrale (supporté par nos impôts), ni le traitement des déchets (nos impôts également...).

Le tarif de l'électricité issue de l'EPR est annoncé bien au dessus de ces 3 cent et l'éolien sera donc moins cher au niveau du simple kw/H que le nucléaire (et est 20 fois plus créateur d'emplois) d'ici moins de 10 ans. Et il est déjà 2 fois moins cher à l'installation et le recyclage de l'éolien rapporte de l'argent (en moyenne 80 T d'acier, au prix de l'acier actuel c'est déjà énorme) alors que le nucléaire voit ses coûts démultipliés par le problème des déchets.

Une dernière chose, les principaux acteurs de l'éolien sont français (SUEZ, EDF énergies nouvelles, GDF, Areva, La compagnie du vent...).

Ceci étant dit, on ne peut se passer du nucléaire et il nous faut quelques uns de ces EPR. Les Energies renouvelables ne sont là que pour assurer une part du bouquet énergétique et parler de "scandale financier" en leur nom est tout simplement scandaleux et faux.

En vous remerciant de prendre ceci en considération,

Antoine »

Réponse de l'ADEVA
Les éoliennes moins chères ?

La puissance fournie par 600 éoliennes de 2,42 MW est évidemment : 600 × 2,42 = 1450 MW.

Mais cette puissance ne peut être délivrée que lorsqu'il y a du vent, ni trop faible ni trop fort. Cela se produit seulement pendant moins de 2000 heures par an, c'est-à-dire pendant moins de 3 mois par an, soit pendant 1/5 du temps.

Il faudrait donc 5 fois plus d'éoliennes pour pouvoir produire la même quantité d'électricité qu'un EPR d'une puissance de 1450 MW.

Ce seraient donc 5 × 600 = 3000 éoliennes qui devraient être implantées.
Elles coûteraient 3000 × 2 millions = 6 milliards d'euros et reviendraient donc 2 fois plus cher qu'un EPR, avec une durée de vie beaucoup plus courte (environ 15 ans).

Du fait de leur intermittence, ces éoliennes devraient être régulées par des centrales thermiques, qui seules, par leur réactivité, permettent d'assurer l'adéquation entre la production et la demande. Ces centrales émettent du CO2.

Ne vous y trompez pas, nous ne cherchons nullement à faire l'apologie de l'énergie nucléaire : nous vous montrons seulement que votre calcul est erroné.

L'éolien industriel créateur d'emplois en France ?

L'industrie éolienne existe depuis 30 ans au Danemark et en Allemagne. Peut-on encore parler de 1ère phase post R&D ? Les principaux fabricants d'éoliennes industrielles sont allemands et danois. Les entreprises et les ouvriers qui interviennent pour la construction sont très souvent allemands, danois ou espagnols.

La solution : économiser et développer de vraies énergies renouvelables

Rien ne justifie un développement de l'éolien industriel, extrêmement onéreux (25 milliards d'euros, selon l'OPECST), qui se fait au détriment des économies d'énergie et d'autres énergies renouvelables efficaces comme la biomasse, le solaire thermique ou la géothermie. La biomasse (bois-énergie) répondrait aux besoins de votre région, d'autant plus que cette énergie propre et renouvelable est créatrice d'emplois locaux durables, contrairement à l'éolien industriel qui n'est qu'un leurre et un alibi pour ne rien faire.

Merci pour votre message. Bien cordialement,

ADEVA

Hélène - Obsonville (77) - 22 octobre 2007

« Un grand bravo pour votre site.

Comme vous, nous sommes touchés de plein fouet par la menace de l'éolien industriel. Nous sommes totalement CERNES par les demandes de ZDE et les dépôts de permis de construire.

Comment sauver la plaine du Gâtinais ? Les Maires des communes si proches sont convaincus des retombées économiques. Comment les réveiller ?

Est-il possible d'élargir votre site ?

Merci de votre réponse.

Bien solidairement

Hélène »

Réponse de l'ADEVA

Les associations de protection et de défense de l'environnement de la région informent les habitants et les élus sur ce qu'est véritablement l'éolien industriel : une tromperie sur le bilan environnemental et économique.

L'Association pour la Protection du Plateau du Gâtinais Sud (APPGS), dont le siège est à Guercheville, tout proche de chez vous, lutte sans relâche contre de nombreux projets et n'hésite pas à intervenir pour répondre aux appels de ses adhérents. Nous vous conseillons fortement d'adhérer à cette association, si vous ne l'avez pas encore fait, et de participer à ses actions (APPGS - 12 chemin des fossés, 77760 Guercheville - tél. 01.64.24.25.59 - pdt : Angelo Vigorito).

L'APPGS, l'ADERE (région d'Égreville), l'AGAPE (Gâtinais en Bourgogne) et l'ADEVA unissent leurs forces pour s'opposer à tout projet éolien dans la région. Concernant notre site Internet, il va continuer à évoluer de façon à réunir ces quatre associations grâce à des liens multiples. Même si plusieurs sites distincts existent, ils seront réunis par ces liens dans un but de partage total de l'information et des ressources.

Merci pour votre message et vos encouragements.

Bien cordialement,

ADEVA

David - Saragosse (Espagne) - 12 octobre 2007

« Vous vous opposez aux éoliennes pour ne pas voire votre paysage changer et voilà tout. Votre démarche tentant à vous trouver une argumentation sur d'autres motivation n'est à mon avis que de la poudre aux yeux. La protection de l'environnement n'est pas votre préoccupation. Qu'avez-vous concrètement engagé pour répondre aux problématiques environnementales ? A ma connaissance, vous n'avez concrêtement fait que de l'opposition aux éoliennes.

Par ailleurs, s'il vous importe que vos arguments soit justes (ce dont je ne suis pas convaincu) renseignez vous mieux avant d'affirmer. Lorsque vous dénoncez le coût de l'éolien pour le citoyen en disant que ce coût se retrouve sur la facture dans la rubrique CSPE, c'est un raccourci bien malhonnête, puisque l'éolien ne représente que 1% de la CSPE en 2007 (http://www.cler.org/info/article.php3?id_article=3953). Mentir à 99% ce n'est pas important s'il y a 1% de juste et que cela appuie vos argument ? J'espère que vous avez plus d'honnèteté que ça. »

Réponse de l'ADEVA

Nous faisons le constat qu'en employant les mots « malhonnête » et « mentir », vous essayez de discréditer notre association, même si vous ajoutez ensuite « J'espère que vous avez plus d'honnêteté que ça » !
Ce qui nous étonne dans votre message, c'est que vous écriviez « À ma connaissance » comme si vous nous connaissiez... Si c'est le cas, vous nous connaissez bien mal. L'ADEVA est une association de défense de l'environnement dont la raison fondatrice fut un projet de carrière de chailles à Villebéon en 2005 qui a finalement été rejeté par le conseil municipal.

Bien sûr que nous défendons nos paysages car nous sommes attachés au Bocage gâtinais. Nous serions prêts à faire des sacrifices si nous étions convaincus du bien fondé de l'éolien industriel, mais ce n'est pas le cas.

Poudre aux yeux

Lorsque nous avons eu connaissance d'un projet éolien sur notre commune en 2006, plusieurs membres du bureau de notre association y étaient favorables. Nous nous sommes documentés et petit à petit nous avons découvert que derrière une façade pseudo-écologique se cachait une affaire de gros sous. Vous parliez de poudre aux yeux, c'est ce que représente pour nous l'éolien industriel sur le plan environnemental. De nombreux écologistes authentiques l'ont compris, dans notre association, au sein d'autres associations de la région (lire l'article de l'Éclaireur du Gâtinais du 28 juin) ou ailleurs.

L'éolien industriel est cher
  • L'éolien industriel est fictivement rentable car EDF est obligé d'acheter l'électricité éolienne bien au-dessus de son prix de revient habituel. EDF équilibre ses comptes par une partie de la taxe CSPE facturée aux consommateurs.*
  • Les opérateurs versent aux communes une taxe professionnelle dont ils se font rembourser environ les 2/3 par l'État, donc par les contribuables (source ADEME - Vade-mecum à l'attention des élus et des associations).

* Nous n'avons jamais cité de pourcentage de CSPE pour l'éolien et nous attendons la publication par l'État de chiffres officiels, suite à la réunion avec les représentants du Ministère de l'Écologie de la délégation du Collectif du 6 octobre dont c'est la revendication première. Vous vous basez sur des chiffres publiés par le Comité de Liaison Energies Renouvelables (CLER), association de professionnels qui regroupe des industriels, constructeurs, installateurs, distributeurs, etc... !

L'éolien industriel est nuisible

Son développement se fait au détriment des économies d'énergie et d'autres énergies renouvelables nettement plus efficaces comme la biomasse, le solaire thermique ou la géothermie.

Cordialement,

ADEVA

Corentin - Brest (29) - 10 octobre 2007

« Habitant moi même à moins de 700m d'une éolienne d'un parc du nord finistère, je ne comprend pas les oppositions liées au soit disant bruit et aux dégradations du patrimoine... Je constate tout simplement que les gens qui s'opposent à l'éolien industriel sont le plus souvent des citadins qui ont acheté un "coin" de campagne pour LEUR tranquilité et qui ne veulent rien y voir changer même si au niveau local les communes crèvent à petit feu par manque de moyens... De toute façon, quelle que soit l'initiatives prises, ces gens sont toujours dans les comités "anti"! Quand au patrimoine, mes grands-parents ont vendu leur habitation pour aller en maison de retraite et la plus value a été très conséquente alors même que leur véranda donne en plein sur les éoliennes situées à 800m de chez eux.

Je comprend vos arguments sur la rentabilité qui peut paraitre excessive, mais les retombées pour les colléctivités locales sont à la hauteur et permettent de sauvegarder des commerces, de restaurer la voirie, le patrimoine, et donc des emplois. Alors je vous demande simplement de réfléchir à tout ceci avant de vous opposer systématiquement à tout projet.

Il existe de BONS projets et les jalousies et les égoïsmes locaux ne doivent pas occulter ce fait.

Bien cordialement et bon courage malgrès tout dans votre lutte lorsqu'elle concerne de mauvais projets mal ficellés! »

Réponse de l'ADEVA

L'éolien industriel n'est pas une bonne réponse à nos besoins en énergie propre et renouvelable.

Il ne permet pas de réduire efficacement les émissions de gaz à effet de serre puisqu'il doit être couplé avec des centrales thermiques lorsque le vent est insuffisant ou trop fort, en moyenne en France 80 % du temps !

Jean-Marc Jancovici, ingénieur spécialiste de l'environnement et conseiller de Nicolas Hulot, souligne que :

  • « 1 euro investi dans l'isolation de l'habitat économise 20 fois plus de CO2 que 1 euro investi dans les éoliennes. »
  • « Faire ou ne pas faire des éoliennes, c'est un peu comme donner des sucrettes ou ne pas donner des sucrettes à quelqu'un qui mange 25 hamburgers par jour. On peut le faire ou ne pas le faire, cela ne change pas grand-chose au problème. »

L'éolien industriel est hautement subventionné et coûte donc cher aux consommateurs qui paient la CSPE (Contribution au Service Public d'Électricité) indiquée à la rubrique "autres prestations" de leur facture EDF. L'éolien industriel ne sert qu'à enrichir les investisseurs et les promoteurs.

Voilà pourquoi nous sommes opposés à tout projet éolien. Nous serions prêts à accepter quelques nuisances de l'éolien industriel s'il n'était pas qu'une tromperie sur le bilan environnemental et économique.

Dans notre région, le bois-énergie représente une bien meilleure solution, d'autant plus qu'il est créateur d'emplois locaux durables, contrairement à l'éolien. Plantons des arbres dans la terre au lieu de laisser implanter des mâts de métal dans du béton.

Merci pour votre message et vos encouragements.

Bien cordialement,

ADEVA

Brunet jb - Dollot (89) - 6 octobre 2007

« Suite à la réunion de ce samedi 6 Octobre, j'ai pu constater qu'il était bien difficile de pouvoir communiquer avec votre auditoire.

Pour cette raison, je me permets de vous écrire pour pouvoir sereinement discuter de l'avenir. Vous avez fait joué de tout votre poids et votre pouvoir pour faire avorter le projet éolien nous concernant, en utilisant, à mon sens, des arguments erronés et/ou exagérés visant principalement à faire peur à la population.

Maintenant que le projet est stoppé, vers quoi nous dirigeons-nous ? Quel avenir pour l'énergie renouvelable demain ?

Le constat crucial est établi concernant la nécessité de développer des énergies alternatives. Quels sont vos projets pour nos communes ? Allez-vous continuer à tout rejeter en bloc, sans, à un seul moment, penser au fait que nous consommons tous de l'énergie (fossile).

Je ne peux pas croire qu'une association prônant la défense du patrimoine et de l'environnement puisse se limiter à un refus sans proposer des alternatives. Je reste donc dans l'attente d'idées et de projets écologiquement intéressants, et d'une réponse.

Ferme de la bilouterie à Dollot »

Réponse de l'AGAPE

Bonjour,

Dans ce type de réunion, la communication peut s'avérer difficile compte tenu du délai imparti et du fait que des personnes occupent le temps de questionnement avec des questions très longues ou hors sujet pendant que d'autres piaffent pour être entendues.

Je regrette que vous ne soyez pas resté au pot que nous avions organisé justement pour que ceux qui n'avaient pas pu poser leurs questions aient la possibilité de le faire.

Notre réponse :

Lorsque l'on a un problème, de manière générale, il faut s'investir et investir prioritairement dans ce qui constitue l'essentiel du problème et non à la marge.

J'ai indiqué en réunion quelles étaient les principales sources de consommation d'energie fossile et de production de CO2 associée en France.

La production d'électricité est tout à fait marginale de ces 2 points de vue (5,6 % environ sur les 2 points). Ce n'est donc sûrement pas l'essentiel du problème et ce n'est donc pas sur ce point qu'il faut contraindre les contribuables à investir massivement (plusieurs milliards d'euros).

Les propositions :

Dans ce domaine, une vraie possibilité d'éviter la consommation d'énergie fossile et de CO2 serait par exemple de remplacer les centrales thermiques fioul gaz charbon par des centrales biomasse au lieu de construire de nouvelles centrales à gaz (Montereau). Dans ce cas, on supprimerait totalement la consommation d'énergie fossile et le CO2 produit (indiqué en réunion avec exemple Bretagne). Des centrales de 800 MW (thermique + élec) existent déjà.

Nous avons indiqué en réunion (2 diapos - évidemment le temps était trop court pour développer) que pour économiser les énergies fossiles consommées massivement dans le transport, le résidentiel et l'industrie on peut :

  • économiser et optimiser les consommations (par ex financer des véhicules hybrides, le ferroutage...),
  • utiliser le solaire pour le thermique (ECS-stockable par ex) la biomasse (bois...) et la géothermie, autant de ressources renouvelables stables, stockées ou stockables et donc adaptables.

En aidant ce type d'action à hauteur des montants consacrés aux éoliennes, on parviendrait à de biens meilleurs résultats (rapport de 1 à 10).

Il me semble enfin que nos régions rurales sont naturellement concernées par la biomasse.
Voir le "plan bois" du département ??

Cordialement,
Jean-Loup COUTURIER

Laurent - Montacher-Villegardin (89) - 25 septembre 2007

« Bonsoir,

Je viens de prendre connaissance de votre tract, ce soir.

Je pense qu'il est absurde de vouloir implanter des éoliennes dans les secteurs prévus.

En effet, les seuls bénéficiaires de cette opération seront les propriétaires des terrains qui laisseront s'installer les éoliennes, afin de revendre l'énergie produite à E.D.F. qui a pour l'instant l'obligation de racheter.

L'ouverture à la concurrence du marché de l'énergie, fait que dans un délai de 5 à 8 ans, cette obligation sera caduque et les soit-disant heureux propriétaires des terrains, se retrouveront avec de l'énergie à revendre, mais soumise aux lois du marché, et qu'ils devront traiter avec des acheteurs rompus à négocier au prix le plus bas pour leur seul bénéfice.

Je pense que c'est une vision économique à très court terme et très fallacieuse que de vouloir "produire vert" pour un tout petit bénéfice écologique sous couvert de développement durable et d'énergie propre.

Plus pratiquement, je pense que la prochaine réunion du 06 Octobre peut être un bon moyen, pour imposer aux élus de faire un référendum local, afin de statuer le plus démocratiquement possible sur l'avenir de nos villages.

De plus, n'oublions pas les élections municipales sont proches et qu'une action citoyenne peut faire réfléchir les élus locaux quant au renouvellement de leurs mandats respectifs. »

Jack - Chaumasson, Villethierry (89) - 29 août 2007

« Venus de Seine-et-Marne Nord, où la population est dense et le bruit très présent, nous sommes venus faire construire à Chaumasson pour la beauté et le calme du site. Un vrai petit coin de paradis...

Ce projet va ruiner la vue splendide que nous avons de la terrasse, plomber la valeur de la maison que nous nous sommes mis à dos à crédit pour vingt ans, et tout simplement ravager la qualité de vie dans cette partie du Gâtinais en Bourgogne. Une pollution visuelle de 150 mètres de haut à deux pas de chez nous, et à combien d'exemplaires ?...

Nous avons pris connaissance de ce projet hier soir grâce à un tract d'AGAPE. Bravo pour l'action que vous menez pour informer les habitants des secteurs concernés, information qui ne nous a pas été communiquée par la mairie de Villethierry avant de construire. Je rejoins vos rangs... »

Patrick - Lixy (89) - 19 août 2007

« Les élus des communes ont donné leur accord pour la construction des éoliennes, ont-ils fait une enquête ou des réunions d'information dans leur commune ? Si ce n'est pas le cas, les électeurs mécontents pourront s'exprimer par le vote aux prochaines élections municipales.

Et s'il est prouvé que ces éoliennes sont indispensables à l'avenir énergétique, il doit être possible de les implanter au moins à cinq kilomètres de toute habitation, pour éviter toute nuisance sonore. »

Stéphane - Chanzeaux (49) - 31 juillet 2007

« J'ai deux questions.

Défendre l'environnement de Villebéon et de ses alentours c'est bien. Si les alentours concernent la planète entière c'est mieux.

Aussi, je voudrais poser une question. Est-ce que Villebéon accueillera demain quelques uns des 50 millions de réfugiés écologiques victimes du réchauffement climatique ? Est-ce qu'un seul habitant de Villebéon accepterait aujourd'hui que l'on enfouisse quelques déchets de l'industrie nucléaire sous ses pieds ? Si non pourquoi refuser les éoliennes ? Elles sont élégantes, ne produisent pas de déchets, sont entièrement et très rapidement démontables et recyclables... Vos petits-enfants pourront faire le choix d'une autre source énergétique dans un siècle...

Je dois préciser que je suis ruraliste, sympathisant LPO, que j'ai réalisé mon 3e cycle universitaire (sociologie) sur la question patrimoine vert. Je dois ajouter que j'enseigne le développement durable. POURTANT, Je ne comprends pas la logique d'ADEVA, pas plus que la logique des tous puissants Architectes des Bâtiments de France (ABF) qui refusent les panneaux solaires...

Bien cordialement et recevez en gage de mon ouverture au dialogue mes plus belles photos d'éoliennes > http://www.naturacolor.org/eole

Stéphane (Maine et Loire) »

Réponse de l'ADEVA

Pourquoi refuser les éoliennes alors qu'elles sont élégantes ? Notre avis est partagé sur ce sujet très subjectif, tout comme à propos de vos photos d'éoliennes.

Pourquoi refuser les éoliennes alors qu'elles ne produisent pas de déchets et sont démontables et recyclables ? Comment expliquez-vous le fait qu'il y ait des friches industrielles avec des pales et des mâts d'éoliennes à terre depuis des années (sans parler des 1000 tonnes de béton de 2 m d'épaisseur qui restent enfouies dans le sol à 80 cm de profondeur, même après un démantèlement dans les règles) ?

Nous serions prêts à accepter les éoliennes industrielles si elles étaient économiquement et écologiquement valables. Mais ce n'est pas le cas, contrairement à ce que l'on veut trop souvent nous faire croire (cela commence à l'école pour nos enfants et se poursuit avec la publicité omniprésente : un vrai bourrage de crâne !). Heureusement que les médias commencent à mettre en lumière le fait que derrière cette belle icône des énergies propres et renouvelables, se cache une réelle imposture écologique qui masque en fait de gros intérêts financiers.

De nombreux écologistes authentiques ont enfin compris que l'éolien industriel ne sauvera pas notre planète et ne résoudra pas nos problèmes d'énergie (il ne se substituera ni au nucléaire, ni au charbon). L'éolien industriel ne couvre même pas la consommation des téléviseurs en veille dans un pays comme l'Allemagne. Surtout, l'éolien industriel nécessite d'être régulé par des centrales thermiques à gaz, génératrices de CO2 !

Avec le même argent public dépensé pour gaver de subventions l'éolien industriel, un programme d'économie d'énergie, comme l'isolation des logements, permettrait de diminuer, de façon beaucoup plus efficace, nos émissions de gaz à effet de serre. D'ailleurs, comme vous le dites vous-même très justement sur votre site Internet : « L'énergie propre est celle que l'on ne dépense pas. »

Bien cordialement,

ADEVA

Réponse de Stéphane

« Comme l'association ADEVA semble représentée par des citoyens sympathiques et honnêtes dans leurs engagements écologiques (ce qui fait déjà deux différences avec AREVA si nous tenons compte du D à la place du R), je m'engage à lire les textes à disposition sur cette équivoque question des éoliennes.

Comme vous, je vais me documenter plus longuement sur le sujet. Sur la question de la subjectivité du rapport esthétique, vous avez raison. Toutefois, si j'avais le choix entre quelques éoliennes et les Km de pylônes de la ligne à haute tension qui bordent mon petit village (soit des milliers de tonnes de métal hors du sol et de béton en sous-sol) je pense que je n'hésiterais pas très longtemps... Aussi, je vais me documenter c'est entendu.

Bien cordialement et merci pour votre réponse

Stéphane / http://www.naturacolor.org »

Elisabeth - Belmesnil (76) - 24 mai 2007

« Et bien comme nous vous vous battez pour la défense de votre patrimoine. Bravo.

Nous sommes actuellement concernés par plusieurs projets éoliens dans le pays de Caux, certains à 650 m des habitations.

Elisabeth GEST, secrétaire de mairie
Guy LE VERDIER, maire de Belmesnil »

Belenos - Chapelle d'Huin (25) - 21 avril 2007

« Dans notre malheur nous avons l'opportunité : http://www.appeldesmonts-jura.com de prendre les promoteurs éoliens en faute et de dénoncer du même coup toutes les inepties de l'éolien industriel. Notre association n'a certes pas la prétention d'effectuer des fouilles de prospections dans les règles de l'art, mais à partir de l'instant où l'on apporte financement et collaboration compétences, au nom de quoi pourrait-on nous refuser cette doléance ?

Je viens de lancer un sujet de forum sur un site régional

http://forum.cancoillotte.net/detail.php?forumid=35&id=4878&page=1

Vous pouvez m'aider à le lancer en ajoutant un petit commentaire. Il s'agit d'un forum d'histoire, insistez donc sur le caractère effarant de vouloir sauver l'humanité en bafouant notre droit de regard sur l'empreinte laissée par nos ancêtres, vivants eux en osmose avec leur environnement.

(Cela à l'air insignifiant au moment des élections, mais il faut frapper le colosse à son « talon d'Achille ». Il se pourrait que sur notre site nous soyons sur le véritable site d'ALESIA.)

En allant visionner sur le web vous vous rendrez compte de la polémique que cela peut provoquer !... C'est tout un symbole.

JEAN-CLAUDE BONNOT secrétaire ALED


Sujet : EOLIENNES SUR SITE ARCHEOLOGIQUE !
Ajouté le : 20/04/2007 10:56

Message :

Après une révolution industrielle certes nécessaire mais qui, nous le savons aujourd'hui, n'a pas été pour autant pourvoyeuse du "bien être" recherché. Aurons-nous maintenant la révolution écologique ou bioéthique présenté comme facteur de progrès ? Allons nous irrémédiablement vers une fuite en avant ? L'heure d'un grand « arrêt et examen » sonne pourtant dans nos montagnes à vaches ! Va-t-on laisser broyer et disparaître à tout jamais des documents archéologiques nécessaires à la compréhension de la culture et croyance de nos ancêtres ? Ce serait une aberration, un crime contre l'humanité ! Ceux ci ayant survécu grâce à leur harmonie avec leur environnement…
Afin d'entamer ce débat entre "mémoire et progrès", voici un texte qui nous introduit dans le vif du sujet et induit de fait un exercice de démocratie directe. C'est le moment vous faire entendre sur ce thème existentiel. Ne nous laissons pas leurrer par des élections qui passent aux dessus de nos têtes ! l'esprit du civisme, c'est aussi d'agir directement sur l'opportunité qui nous est donné de nous faire entendre pour l'intérêt commun. En bloquant ce projet (cette fausse solution aux problèmes de pollution et d'approvisionnement par énergies renouvelables), le monde entier va porter son regard sur cet ancien lieu de culte solaire à jamais profané.

NECROPOLES OUBLIEES (DES MONTS-JURA)
http://www.appeldesmonts-jura.com/pages/VESTIGES.html

AVERTISSEMENT : Ce document, fruit d'un travail associatif d'éclaireurs est destiné à un public le plus large possible afin d'invectiver les consciences. Sa rédaction simplifiée au possible, rendant le sujet abordable, attrayant et engageant n'a certes pas l'aspect rigoriste auquel sont dévolus nos spécialistes de l'archéologie (ce qui nous a valu d'être dénigrés) il n'en reste pas moins que le témoignage informel et éducatif est bien réel.

(La population locale, mal renseignée sur sa propre histoire intentionnellement ou pas, habituée plus à subir ou accepter l'obole tombée du ciel, se contente d'attendre la confrontation avec les engins de terrassement.)
A ce jour aucun spécialiste officiel de l'INRAP (Institut National de Recherche de l'Archéologie Préventive) n'a daigné se déplacer ou émettre un avis… Nous prenons donc pour acte une telle attitude de mépris. En conséquence, prenant nos responsabilités, nous informons les autorités que nous effectuerons par nos humbles moyens, les constats des bouleversements engendrés par les travaux d'ampleurs qui vont débuter.

Jean-Claude BONNOT »

Delphine - Gorcy (54) - 21 février 2007

« bonjour,

je suis une élève de 1ere S et je fais mon tpe (travail personnel encadré) sur les éoliennes.

Voyez vous cela fait des années que nous Hommes faisont de notre planète une poubelle : polution déchets ...
Bientot il y aura un manque de pétrole. Alors en ayant pris conscience de notre "connerie" (il faut bien le dire) nous essayons de reparer et mettons en place des energies propres et renouvelable.
Je pense que l'éolienne est un bon moyen de production d'énergie.
Certe il y a des inconvénients : bruit, degradation du paysage .. mais il fallait penser au conséquences de nos actes avant ! alors maintenant il faut faire quelques sacrifices.

Bien sur je géneralise, mais nous sommes tous coupables et c'est de notre faute ce qui arrive !
alors soit nous retournons a l'âge de pierre soit nous progressons (faire du BON progrès cette fois) et construisons des éoliennes !!

cordialement »

Réponse de l'ADEVA

Bonjour,

Merci de votre message que nous avons publié sur notre site conformément à votre souhait.

Etant une association de défense de l'environnement, nous partageons bien sûr votre analyse concernant l'attitude irresponsable et suicidaire des hommes vis-à-vis de leur planète...
Il est plus qu'urgent que nous réduisions de façon drastique nos besoins en énergie, que nous mettions en place un programme efficace d'économie d'énergie et que nous développions des énergies renouvelables.

C'est pourquoi nous combattons l'éolien industriel qui ne va pas dans le bon sens.
En effet, la France a fait une grave erreur en s'engageant exclusivement dans l'éolien industriel (en voulant imiter l'Allemagne et le Danemark), au détriment des autres énergies renouvelables.
Nous sommes tous les jours un peu plus nombreux à le penser, les médias en font l'écho régulièrement :

« [...] les spécialistes du climat rappellent que les deux principales causes d'émissions de gaz à effet de serre restent les transports et le chauffage des habitations. Ainsi, à la fondation Nicolas Hulot, on s'étonne de cet engouement pour l'éolien, qui représente une part aussi faible de la consommation (0,2 %), quand un programme d'économie d'énergie, comme l'isolation des logements, pas plus exigeant en argent public, pourrait faire baisser la consommation d'énergie de 10 %. »

Extrait de « L'argent des éoliennes » par Laurent Bijard - VMF 216.

Ou bien hier sur Internet : « L'éolien en question » par Farid Taha.
Cet article contient des liens vers des documents très intéressants.

Autre document incontournable « Essai de réflexion au sujet des éoliennes » par M. l'Abbé Henri-Dominique Roze.

Un autre problème de l'éolien industriel, c'est qu'il représente l'icône des énergies renouvelables : être contre l'éolien industriel, c'est être contre les énergies propres et renouvelables, c'est être pour le nucléaire !
Mais cette situation est en train de changer grâce aux associations et aux médias qui dénoncent une imposture écologique et un scandale financier à propos de l'éolien industriel.

Comment devient-on anti-éolien ? Soit pour protéger sa maison et son jardin, en parfait égoïste... soit parce qu'on est écologiste et donc pro-éolien sincère avant de se documenter sur le sujet.

Nous espérons que notre réponse vous sera utile...

Bien cordialement,

ADEVA

Jérôme de Roys - Villecerf (77) - 1er novembre 2006

« Bonjour,

Bravo de donner ces informations essentielles sur la source de l'Orvanne. Je m'adresse à vous et en tant que riverain, car l'Orvanne passe au pied de ma maison dans la commune de Villecerf où je suis né il y a plus de 2/3 de siècle, et comme président de l'association des "Amis de Saint Ange et de la Basse Vallée de l'Orvanne".

En effet je souhaiterai donner un article assez complet sur l'Orvanne, sa géographie et son histoire dans le site de l'association. Ce site qui est en cours de construction, donne déjà un certain nombre d'informations

Je souhaiterai donc pouvoir vous rendre visite, et aller sur la source de l'Orvanne, et du début de son cours, y prendre des photos, et avec les autorisations nécessaires, les mettre dans l'article en projet sur l'Orvanne.

Merci donc de votre attention, et de votre assistance.

Cordialement,

Jérôme de ROYS »

Ptitof - Vacognes-Neuilly (14) - 20 octobre 2006

« Bonjour,

Tout d'abord félicitation pour votre site qui est d'une grande qualité et agréable à parcourir.

Je me permets de copier votre banniere sur cduvent.org pour la mettre sur mon blog (eoliennes.over-blog.com) qui traite de la même chose et dans les mêmes conditions....

Comme quoi on est vraiment dans des implantations sauvages et sans aucune reflexion à long terme et encore moins concertation de la population avant les enquêtes publiques.

Espérons que les projets éoliens qui touchent votre village comme le nôtre et bien d'autres encore ne parviennent pas à leur concrétisation.

Cordialement,

Ptitof. »

« Tigné préservé », association à Tigné (49) - 21 mai 2006

« Quand on voit votre photo montage, on a le cœur serré : c'est la même chose à Tigné (49), un promoteur promet de l'argent, massacre la région et s'en va sévir plus loin.

Au passage, il sème la zizanie dans la population, crée des jalousies puisque quelques-uns s'enrichissent outrageusement et tous les autres subissent les nuisances.

Bon courage pour votre combat : les documents de "vent de colère" et "vent du bocage" sont très utiles à notre asso pour étayer nos arguments contre l'éolien industriel.

Continuez !!!

B.DAUBIN »

François - Fontainebleau (77) - 17 mai 2006

« Bonjour,

Je viens de voir sur France 3 qu'il y avait un projet d'installation d'éoliennes sur la commune de Villebéon ainsi qu'aux abords de Vaux sur lunain.

Je souhaitais acheter une maison à Vaux (entrée sud), mais je viens de constater sur le plan de votre site qu'elle serait en plein dans la zone perturbée.

Pouvez vous me confirmer sur l'avancement de ce "projet" qui risque fortement d'annuler le mien.

Par avance, merci. »

Laurent - Nemours (77) - 17 mai 2006

« Bonjour

Je trouve complètement inadmisible d'implanter ces éoliennes dans un si beau village.
Quel dommage de dégrader l'environnement de Villebéon tout ça pour une question de "fric".

Il va falloir supposer que le village va disparaitre tout ça pour des grosses conneries excusez pour le terme mais il faut dire la vérité et en plus ce projet n'a aucune retombée financière sur les habitants.

Les promoteurs doivent s'en foutre.

C'est pas grave si les habitants n'ont plus la télévision et la santé elle a été traitée ? »

Christophe - Chéroy (89) - 7 mai 2006

« !!! Tout est une HISTOIRE de gros sous !!!
Voici des extraits d'un article écrit par Adrien Tyrlik

"Le plan Eole 2005 n'ayant pas été suivi d'effet, l'Etat français décide, par l'arrêté du 8 juin 2001, de fixer le prix de rachat par EDF à 83,8 € le MWh (*) , contre 48 € en 2001.

Bingo ! Le nombre de projets explose depuis cette date."
....
"la règle est donc "Investir le plus rapidement possible, tant que le vent (législatif) est favorable". C'est la course à l'échalote. Les projets affluent de toutes parts, et les autorités préfectorales ont du mal à contenir les inévitables débordements."
...

"A 35% de temps de fonctionnement, soit 1 jour sur 3 de vent exploitable ( le temps de fonctionnement des éoliennes varie de 20 à 40 %, selon le gisement éolien ), 1MW génère sur les 15 premières années un chiffre d'affaire approchant les 3 millions d'euros."
CONSTAT: C'est en effet un bon investiisement !!!

LES RETOMBEES FINANCIERES.

Avec des conditions aussi " juteuses", on pourrait croire qu'il y a des retombées financières locales. Est ce le cas ?

Les responsables communaux sont souvent séduit par les éoliennes en pensant à la taxe professionnelle. Dans l'article suivant (" la dépêche du midi " du 24/09/2002, une interview de Jean-Pierre Peyrade [1]), quelques informations qui relativisent un peu la réalité.

La taxe professionnelle.

Le miroir aux alouettes ?

[...] l'étude d'impact de la centrale éolienne de Rouvenac-Fa montre que le facteur de capacité, c'est-à-dire le rendement, serait de 21 %. " Je ne suis pas contre les éoliennes, mais dans les sites les plus intéressants. A Roquetaillade, le rendement est de 31,5 %, à Sallèles de 45,6 %. Et à Fa de 21 % ! [...]

les seuls gagnants sont les sociétés qui viennent installer leurs éoliennes dans le département. Les communes, alléchées par la perception de la taxe professionnelle feraient même un mauvais calcul. Pour étayer ses dires, Jean-Pierre Peyrade s'appuie sur un document de l'Ademe datant de janvier 2002, où on peut lire que

" pour une éolienne d'un MW dans une commune dont le taux de taxe professionnelle est 10 % et la population supérieure à vingt habitants, le propriétaire de l'éolienne paie une taxe professionnelle totale de 4.269 € (28.000 francs) + 915 € (6.000 francs) = 5.183 € (34.000 francs). L'Etat paie 11.129 € (73.000 francs) + 1.335 € (8.760 francs) = 12.464 € (81.760 francs) à l'ensemble des collectivités. La commune reçoit 7.013 € (46.000 francs), le département 7.013 € (46.000 francs) et la région 1.403 € (9.200 francs).

Selon une enquête auprès des communes qui ont déjà une installation éolienne en activité, le produit moyen de taxe professionnelle par MW se situe entre 15.245 € et 18.294 € (entre 100.000 et 120.000 francs), dont 6.860 € à 8.385 € (45.000 à 55.000 francs) pour la commune.

On n'oubliera pas de signaler que les promoteurs ont tendance à présenter aux maires des estimations de taxes professionnelles très supérieures aux montants réels, et ils " omettent " de signaler l'exonération de 2 ans s'appliquant aux zones éligibles à la prime.

Ecœurant, déprimant de vivre dans une société ou le profit passe avant le respect et le bien-être des gens !

Nous vous soutenons et serons présents pour lutter contre ce projet.

salutations, »

Non à l'éolien industriel Recherche Haut de page Contact À propos du site